pose plaque plâtre placo plaquiste

Poser du placo : les secrets du plaquiste !

Vous n’êtes pas plaquiste, et ne comptez pas le devenir. Seulement voilà, il vous faut monter une cloison de plâtre ou rénover un mur qui s’il n’est pas crépi, vous en donne l’impression. Tout le monde vous l’a affirmé : le placo est la solution miracle. Le quoi ? Dans votre jeunesse il vous est arrivé de décoller avec acharnement (et amusement, au début) le papier-peint chez vos parents, mais vos compétences en restructuration de murs s’arrêtent là. Pas de panique ! Nous allons vous donner ici tous les conseils nécessaires pour monter une paroi de placo de qualité professionnelle. Ou presque, cela dépendra de l’assurance de votre main !

 

Les préalables à la pose du placo 

 

Avant que vous n’en fassiez la remarque (car oui vous vous y connaissez davantage que vous ne voulez bien l’admettre), effectivement, le placo peut être posé directement sur un mur, à l’aide d’un mortier-colle conçu dans ce but. Mais ce ne sera pas le cas dans la majorité des cas et tant qu’à faire, allons au plus compliqué ! Le plus souvent, la surface à rénover ne sera pas suffisamment plane pour appliquer directement une plaque de placo. Ou alors, vous souhaiterez passer quelques câbles derrière pendant que vous y êtes, pour optimiser votre installation électrique et bénéficier d’une nouvelle prise. Ou encore, vous installez une cloison au milieu d’un espace. Bref, nous partirons du principe que vous élaborerez une structure de soutien métallique.

 

Pourquoi utiliser du placo ? Quel placo d’ailleurs ? 

Ces questions vous taraudent ? C’est bien normal si vous débutez. Le placo reste en rénovation intérieure ce qu’il y a de plus pratique et de plus économique. Il est constitué de plâtre recouvert d’une feuille de carton, le tout étant facile à découper aux dimensions et formes souhaitées. Idéal pour rénover un mur abîmé ou couper une pièce en deux.

Il existe plusieurs possibilités à l’achat. Le bon vieux placo recouvert de carton gris, d’une épaisseur standard de 1,3 cm. Le même existe mais recouvert de carton vert, signifiant qu’il est hydrofuge, à utiliser donc dans les pièces humides. Enfin, vous trouverez par exemple du placo conçu pour une isolation renforcée, qui sera muni en sortie d’usine d’une épaisseur de polystyrène (plutôt à coller au mortier celui-ci).

Une fois votre projet défini, il vous faudra imaginer les détails techniques. La surface totale à couvrir ou la taille de votre cloison, l’éventuelle isolation que vous ajouterez à votre construction (pour une cloison, entre les deux plaques de placo que vous fixerez de chaque côté du rail métallique). Les outils dont vous aurez besoin, sans oublier dans cette catégorie le nécessaire à la fixation au sol et au plafond. L’idée est là ? Etape suivante !

 

Les achats indispensables : plaques, rails, renforts et accessoires

Lorsque vous passerez à votre magasin de bricolage favori, il vous faudra penser à toutes les étapes de la pose du placo, de l’armature qui le soutiendra à la finition qui vous permettra de le peindre. Aussi, voici une petite liste que vous pouvez recopier (promis, on ne vous accusera pas de triche) :

  • Les plaques de placo : elles existent en 2 largeurs, de 60 cm et 120 cm. Le choix dépendra de la surface à plaquer, votre bon sens vous guidera. Privilégiez les plaques de 60 cm si vous êtes seul, car déplacer des plaques de 120 cm et même les maintenir lors de la pose pourra s’avérer problématique. La hauteur standard est de 2m50, mais il existe maintenant des plaques de demi-hauteur. Faites votre calcul et achetez ce qu’il vous faut mais attention ! Plus vous divisez la surface en un grand nombre de plaques, plus vous aurez de joints à enduire.
  • Les rails : ils existent en plusieurs tailles, la plus courante étant la longueur de 2m50 qui vous permet (normalement) d’atteindre le plafond avec un seul montant. Vous pourrez facilement les scinder au besoin. Nous devons ici distinguer plusieurs types de rails.
    • Les rails classiques, à fixer au sol et au plafond.
    • Les montants, qui viendront se caler dans les rails.
    • En cas de pose de placo au plafond (ou en sous-pente), vous pourrez utiliser des rails dits « fourrures » qui s’accrochent sur des suspentes.
  • Les renforts : il sera à votre appréciation d’en installer ou non. Ils peuvent être constitués de montants découpés ou de tasseaux de bois disposés en entretoises, et aident à consolider l’ensemble de la structure.
  • L’isolant : il s’agit également d’une option, conseillée si vous plaquez un mur donnant sur l’extérieur, ou qui sépare deux pièces pour lesquelles vous souhaitez renforcer l’isolation phonique. La plupart du temps, l’isolant sera en laine de verre ou de roche (voire de chanvre, bois ou lin). Mais il peut aussi être fabriqué en polystyrène PSE ou en polyuréthane.
  • Les vis ! Elles seront indispensables pour fixer les plaques de placo aux montants et rails. Choisissez les vis noires spécialement conçues pour cette utilisation. Pour la longueur, 25 ou 35 mm feront l’affaire, à vous de voir.
  • Les outils : un certain nombre vous seront indispensables, dont voici la liste précise.
    • Pour le perçage au sol et au plafond afin de fixer les rails appropriés, prévoyez une perceuse ou un percuteur, des chevilles et des vis à frapper (ou autres, à votre convenance).
    • Pour installer les montants, vous devrez les fixer aux rails du haut et du bas. Pour ce faire, investissez dans une pince à sertir.
    • Si vous décidez de poser des entretoises en bois par exemple, il vous faudra des vis à bois ainsi qu’une visseuse, qui vous servira également à fixer le placo sur les rails.
    • La dernière étape consistera à enduire les espaces entre les plaques et les renfoncements de celles-ci (elles sont légèrement incurvées sur les côtés). Munissez-vous donc de spatules et d’enduits.
    • Un niveau ! Sinon vous pourriez avoir des surprises, mais pas des bonnes !
    • Un escabeau vous sera enfin indispensable.
    • En option, une combinaison de peintre vous évitera de vous salir, et des gants seront confortables.

Vous avez tout ? Nous allons pouvoir commencer.

 

Monter un mur de placo en 3 étapes 

 

Le matin fatidique est arrivé. Vous vous tenez debout et bien droit dans la pièce où la paroi de placo doit être montée. Le regard farouche et le poing serré, c’est décidé, vous en aurez terminé avant ce soir ! Devant vous, les tas sont imposants. Les plaques d’un côté, les rails métalliques de l’autre, enfin votre caisse à outil avec tout ce qu’il faut (si vous avez suivi votre liste à la lettre !). Saisissez un premier rail, c’est parti !

 

La structure métallique

Vous avez déjà mesuré la surface à couvrir afin de faire vos achats. Imaginez maintenant précisément comment vous allez installer les rails au plafond et au sol. Bien contre le mur s’il y en a un derrière ? Dans le cas contraire et si vous montez une cloison qui sera recouverte de placo de chaque côté, pensez à matérialiser au sol, à l’aide d’un crayon, le tracé de votre réalisation.

Fixez d’abord le rail au sol, grâce aux trous déjà existants ou en perçant à d’autres endroits. Dans un rail mesurant 2,50m de longueur, nous vous conseillons trois points de fixation minimum. Pour rappel, vous repérez l’emplacement des trous, vous percez ensuite dans le sol et insérez vos chevilles avant d’arrimer votre rail à l’aide des vis.

Une fois cela réalisé, positionnez deux montants verticaux sans les sertir : ils vous serviront à soutenir puis installer le rail du plafond. Aidez-vous de votre niveau pour vous assurer que la structure est bien droite (en le positionnant sur le devant des montants verticaux).

Fixez maintenant votre rail au plafond de la même façon que celui du sol. Vous voilà prêt à insérer tous les montants verticaux tous les 60cm maximum, que vous pouvez doubler dos à dos ou non, selon votre exigence. Assurez-vous également qu’ils soient de niveau, afin de faciliter le positionnement des vis sur les plaques par la suite. Vous n’avez plus qu’à sertir le tout.

Fixez ensuite vos entretoises si vous le choisissez, selon l’écartement qui vous convient, puis vos éléments isolants. Laine de verre ou de roche notamment, voire membrane isolante si vous avez besoin d’une étanchéité à l’air. L’ossature est en place, étape suivante !

 

La fixation des plaques

Voilà le moment le plus gratifiant. Une simple plaque et vos travaux sembleront avoir fait un pas de géant ! Positionnez la plaque devant la structure métallique, à l’une ou l’autre extrémité. Avant de la fixer, pensez à faire des marques au crayon à l’endroit où se situeront les montants derrière. Sinon vous risquez d’enfoncer bon nombre de vis dans le vide.

Il vous suffit ensuite de maintenir la plaque en bonne position pour enfoncer les deux premières vis, à la suite de quoi vous pourrez visser les autres tranquillement. Une vis tous les 20 cm est cohérent, tant sur les rails du sol et du plafond que sur les montants verticaux.

Pour la pose des plaques suivantes, n’hésitez pas à les apposer les unes contre les autres sans espacement, et ne vous souciez pas d’une légère différence de niveau aux extrémités : les creux prévus dans la forme des plaques et qui seront enduits vous permettront d’obtenir de parfaits raccords.

Astuce : Lors de la pose de plaques de placo verticales, si vous êtes au moins deux personnes, soulevez la plaque vers le plafond avant de la fixer (si votre pièce est standardisée, il vous reste un ou deux centimètres en hauteur). Cela vous évitera d’avoir un enduit conséquent à réaliser entre vos plaques et votre plafond. Au sol, l’écart importera peu, car vous poserez certainement des plinthes.

Les finitions

Le mur est constitué, reste à le préparer pour la couche de peinture (ou de papier-peint) qui l’attend. Le procédé est simple : comblez tous les creux à l’aide d’un enduit adapté et lissez parfaitement votre cloison.

Vous serez certainement amené à commencer avec un enduit de rebouchage, pour les creux de plusieurs millimètres de profondeur. Puis vous pourrez assurer une finition idéale avec un enduit de lissage. N’oubliez pas d’enduire les vis situées au milieu des plaques, pour éviter que leur forme ne ressorte sur la peinture.

Ne vous inquiétez pas si vous devez poncer puis appliquer une nouvelle couche d’enduit. Même les professionnels ne parviennent pas toujours à un résultat parfait du premier coup !

 

Installer une paroi de placo est un exercice simple qui demande malgré tout de la dextérité et surtout une organisation efficace. Le soir est arrivé, et mis à part quelques retouches d’enduit, vous êtes fier que votre mur soit terminé. Nous aussi, bravo ! Vous connaissez maintenant les secrets permettant de rénover une habitation ancienne pour lui donner un air de construction neuve. Vos amis vous regarderont avec un respect renouvelé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *