mur terre paille

Mur en terre-paille : avantages et inconvénients

Cliquez pour valider votre note!
[Total: 2 Average: 4.5]

La construction en paille est à la mode : les amoureux de l’écoconstruction ont construits des maisons en paille à travers le monde et cette technique de construction écologique connaît enfin son heure de gloire. Différente de la technique de construction d’assemblage de bottes de paille sur ossature-bois, le terre-paille ou technique de la paille banchée, a été inventé après-guerre en Allemagne, en pleine pénurie de matériaux. Descendante directe du torchis, cette méthode économique permet de construire des murs isolants avec une bonne inertie thermique. Le seul point noir de la technique : le temps de réalisation. Privilégiée par les auto-constructeurs, pourquoi privilégier cette méthode ? En comparant les avantages et les inconvénients, bien-sûr !

Avantage n°1 : la terre et la paille c’est pas cher

Un petit botte de paille de 12 kg, c’est 1,5 € maximum. Pour réaliser 20 m carrés de mur de 30 cm d’épaisseur, il vous faudra environ 60 petits ballots, vous en aurez pour une centaine d’euros.

Et la terre ? Jusqu’à preuve du contraire, c’est gratuit. La terre de soubassement que vous aurez enlevé pour faire vos fondations est particulièrement adaptée car elle contient davantage d’argile que le terre végétale.

Vous voici en possessions de matériaux écologiques d’une pureté incontestable.

Avantage n°2 : la technique de la paille banchée est doublement écologique

La terre est bio (sauf si vous la prenez dans une zone très polluée) et la paille, si elle est rarement bio, elle est néanmoins naturelle. Premier point écolo de cette technique : pas de produits dérivés du pétrole, pas de métaux lourds ou de solvants…

Le terre paille est un matériaux isolant, tout dépend de son épaisseur. En terre-paille pur de 30 cm, vous atteignez des qualité isolantes analogues aux laines de bois ou de chanvre. Les professionnels du métier ont fait faire des tests.

Et les tests ne le prouvent pas, mais le terre-paille, grâce à l’argile qu’il contient, offre une excellente inertie à vos mur : ils conservent la fraîcheur de la nuit en été et emmagasinent la chaleur du chauffage en hivers. Les habitant des maisons en murs de ce type ont observé des courbes de températures plus douces. Le déphasage se fait tout en douceur. Or, on le répète en permanence, et c’est vrai : une bonne isolation permet d’économiser du chauffage et réduit donc la pollution liée aux énergies.

Inconvénient : fabriquer un mur en terre-paille demande de la main d’œuvre

Seul point négatif de la technique, le terre-paille est plus long à réaliser que d’autres techniques isolantes. Il est toutefois possible d’améliorer le rendement pour mélanger la paille avec la barbotine de terre.

Cet inconvénient nuit à la popularité du terre-paille car peu d’entrepreneur du bâtiment la propose. En revanche, les particuliers et les auto-constructeurs y passeront du temps mais y prendront plaisir. Si quelques amis veulent vous aidez, vous multiplierez votre rendement. 2 à 3 m carré par jour et par personne, ce n’est pas non plus le bout du monde.

Avantage n°3 : la technique est d’une simplicité enfantine

Mélanger la terre dans l’eau, en faire une barbotine bien gluante : du cacabouillasse de haut niveau. La terre, contrairement à la chaux, n’est pas agressive pour la peau… Il est toujours possible de d’équiper d’une bétonnière pour faire une barbotine de luxe sans abîmer son verni à ongle. Utilisez ensuite des tamis pour trier les cailloux.

Tremper la paille dans la barbotine, ou la verser dessus et mélanger. Là encore, rien de bien sorcier. Le petit dernier se fera un malin plaisir de mélanger la préparation avec ses pieds…

Pour la suite, il suffit de remplir le banchage et de tasser fermement. Vous pouvez démouler au fur et à mesure : une vraie satisfaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *