Comment dimensionner des toilettes à lombricompostage ?

5/5 - (1 vote)

Le dimensionnement d’une cuve de toilettes à vermicompostage dépend de plusieurs facteurs, notamment le nombre d’utilisateurs, la fréquence d’utilisation et la capacité de traitement des vers. Voici quelques étapes générales pour vous aider à dimensionner votre cuve de toilettes à vermicompostage :

  1. Déterminez le nombre d’utilisateurs : La première étape consiste à estimer le nombre d’utilisateurs qui utiliseront les toilettes à vermicompostage. Cela vous donnera une idée de la charge quotidienne que le système devra gérer.
  2. Calculez la capacité quotidienne : En fonction du nombre d’utilisateurs, estimez la quantité de matière organique qui sera introduite dans le système chaque jour. Cela inclut les déchets humains ainsi que le matériau de support comme la litière de compostage.
  3. Connaître la capacité de traitement des vers : Les vers utilisés dans le vermicompostage ont une capacité de traitement spécifique qui peut varier en fonction des conditions de votre système.
  4. Calculer la capacité de la cuve : En fonction de la capacité quotidienne estimée et de la capacité de traitement des vers, vous pouvez calculer la capacité totale nécessaire pour votre cuve de toilettes à vermicompostage. Assurez-vous de prévoir une marge de sécurité.
  5. Considérez les autres facteurs : Outre la capacité, prenez en compte d’autres facteurs tels que la ventilation, l’humidité, la température.
  6. Planifiez l’entretien : Prévoyez un plan d’entretien régulier pour garantir le bon fonctionnement du système. Cela peut inclure la récolte régulière du compost produit par les vers.

 

Quantité moyenne de matière fécale par humain et par jours en kg

 

On estime une moyenne quotidienne de 150 à 200 grammes de matières fécales par jour par personne (également appelées fèces, selles ou excréments), cela équivaut à environ 55 kg à 73 kg par an. Et vous verrez ci-dessous qu’à l’échelle de l’humanité, ça fait un nombre de kilos considérable à composter !

Quelle taille de cuve est nécessaire pour des toilettes à vermicompost ?

 

Pour une famille normée de 4 personnes avec 2 enfants et 2 adultes (on va prendre la moyenne de 150 g d’excréments par jour en comptant les enfants), vos toilettes à vermicompost recevront donc en moyenne 600 g de matière première à décomposer par jour (soit 219 kg par an).

Pour 2 personnes qui produisent abondamment de la matière fécale, nous partirons sur 400 g de matière par jour, soit 146 kg par an.

Ceci nous fait une petite moyenne de 500 g de matière fécale quotidienne et 180 kg par an. Une cuve de 200 litres pourrait théoriquement suffire à contenir toutes les déjections d’un petit foyer sur une année.

Sachant que la matière fécale est composée à 75% d’eau, il faut légèrement surdimensionner la cuve. L’urine (2 litres par personne et par jour) et la sciure de bois ajoutés ne sont pas comptabilisés, mais il convient de drainer convenablement l’urine et de bien doser la sciure pour un bon compost. À vous de redimensionner votre installation selon vos contraintes, craintes et critères.

De nombreux bricoleurs ont utilisé des cuves de 1000 litres, qui permettent d’avoir de la marge pour une famille moyenne et espérer vidanger la cuve moins d’une fois par an.

 

Quelle quantité de matière organique est capable de décomposer un vers à compost ?

 

Ou autrement formulé, pour le sujet qui nous intéresse, combien de vers faut-il pour « digérer » tout ce caca ? Nous resterons bien évidemment sur une base théorique, car les différents facteurs de prolifération, de santé du cheptel de vers, de reproduction sont liés à autant d’éléments que la température, la disposition de l’installation, le taux d’humidité, la qualité et la quantité des excréments.

La capacité de traitement des vers dépend du type de vers utilisé et des conditions spécifiques du système de compostage. En général, les vers rouges (Eisenia fetida), souvent utilisés dans le vermicompostage, sont capables de traiter environ la moitié de leur poids corporel en déchets organiques chaque jour.

Donc, si vous avez 2 kg de vers à compost, ils pourraient théoriquement traiter environ 1 kg de déchets organiques par jour. Cela inclut les matières fécales, ainsi que d’autres matières organiques telles que la sciure de bois utilisée comme matériau de support. Pour commencer à utiliser ses toilettes à vermicompost, théoriquement 250 g à 500 g de vers semblent capable de digérer la production quotidienne d’une petite famille.

 

 

Les choses importantes à savoir pour bien faire fonctionner ses toilettes à lombricompostage

 

Si vous mettez en place un système de vermicompostage fait maison (DIY), voici quelques conseils supplémentaires pour maximiser l’efficacité du processus :

  1. Préparez un lit de compost initial : Avant d’ajouter les vers, créez un lit de compost initial en mélangeant des matériaux comme du carton déchiqueté, du papier journal et de la sciure de bois. Cela fournit une base nutritive et un habitat propice aux vers.
  2. Choisissez les bons vers : Les vers rouges (Eisenia fetida) sont généralement recommandés pour le vermicompostage en raison de leur appétit pour les déchets organiques et de leur capacité à prospérer dans un environnement confiné. En savoir plus.
  3. Équilibrez les déchets : Ajoutez une variété de déchets organiques, y compris les matières fécales, mais assurez-vous de maintenir un équilibre entre les matières riches en azote (par exemple, les déchets alimentaires) et celles riches en carbone (par exemple, la sciure de bois).
  4. Évitez les déchets inappropriés : Certains déchets ne conviennent pas au vermicompostage, tels que les agrumes, les oignons, l’ail, les produits laitiers, la viande et les produits gras. Évitez de les ajouter au système.
  5. Maintenez une bonne humidité : Les vers ont besoin d’un environnement humide pour survivre. Assurez-vous que le lit de compost reste suffisamment humide, mais évitez tout excès d’eau qui pourrait entraîner la pourriture.
  6. Contrôlez la température : Les vers fonctionnent mieux à des températures comprises entre 15 et 25 degrés Celsius. Si possible, placez votre système dans une zone où la température reste dans cette plage.
  7. Mélangez régulièrement : Remuez le contenu du composteur régulièrement pour aérer le mélange et favoriser la décomposition.
  8. Récoltez le compost régulièrement : Lorsque le compost est prêt, retirez-le du fond du bac pour donner de l’espace aux vers. Cela permet également de récolter un compost mature que vous pouvez utiliser dans votre jardin.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *